Les 55 jours de confinement que nous venons de vivre l’ont démontré : l’être humain a besoin de lien social pour s’épanouir. Nous pouvons en effet tous facilement constater que privation de liberté et huis-clos forcé n’auront pas été sans conséquence sur notre santé mentale comme physique.

Alors qu’en est-il du déconfinement, comment allons-nous réagir maintenant que la fréquentation des autres représente un plaisir retrouvé mais aussi un risque ?

En Chine, les professionnels de la santé assistent d’ores et déjà à une recrudescence des cas de dépression ou de stress aigu touchant plus particulièrement les personnes seules ou fragiles.

Il est donc plus que jamais utile de se pencher sur le mode de fonctionnement du stress et sur les manières de s’en défaire avant qu’il ne s’installe sur la durée.

Les 3 phases de développement du stress

Le syndrome général d’adaptation permet d’identifier 3 phases du mécanisme physiologique du stress.

1/ La phase
d’alarme

Confronté à une situation stressante, l’organisme réagit en libérant des hormones, dont l’adrénaline qui ont pour effet d’augmenter la fréquence cardiaque, la tension artérielle, le niveau de vigilance et la température corporelle. En fait, notre organisme se prépare à réagir en amenant de l’oxygène aux organes susceptibles d’être sollicités.

2/ La phase
de résistance

Si la situation persiste, de nouvelles hormones entrent en jeu pour augmenter le taux de sucre dans le sang afin d’apporter l’énergie nécessaire aux muscles, au cœur et au cerveau. Là encore, notre organisme anticipe une dépense énergétique accrue.

Cet apport hormonal est autorégulée par des récepteurs du système nerveux central qui en adapte la quantité.

3/ La phase
d’épuisement

En cas de prolongement ou d’intensification de l’état de stress, l’organisme débordé n’assure plus l’autorégulation réduisant aussi sa capacité à répondre à de nouvelles situations perturbantes.

Comment prévenir et calmer son stress ?

Changer d’environnement, faire de l’exercice, de la relaxation ou se faire masser, toutes ces pratiques aux effets apaisants permettent d’atténuer les effets du stress en permettant à l’organisme de faire une pause. Des compléments alimentaires adaptés comme le magnésium marin, apportent une aide essentielle à de nombreuses fonctions de notre corps en préservant l’équilibre nerveux et musculaire.

Présent dans presque toutes nos cellules et stocké à 60 % dans les os, le magnésium contribue en effet à la décontraction musculaire, assure la transmission de l’influx nerveux et la fabrication de protéine. Il participe également à la régulation du transit et du rythme cardiaque. Les raisons sont donc nombreuses pour renforcer sa présence dans les organismes soumis au stress !

Le magnésium marin, une source d’équilibre
La carence en magnésium toucherait les ¾ de la population française, un complément est donc indispensable pour assurer le bon équilibre des fonctions de l’organisme.
Issu d’extraits d’eau de mer, le magnésium marin n’est pas naturellement présent dans les aliments, très bien toléré, il contribue à l’activation de la sérotonine, la fameuse hormone du bonheur et de la mélatonine qui lutte contre l’insomnie.